5.12.15

Episode 70: A coeur ouvert


Kâli replaça ses cheveux derrière son oreille, et ajusta la fleur d'hibiscus qu'elle avait placée sur sa tempe. Elle s'était encore couchée tard à cause de ses recherches sur les remèdes, et était donc la dernière à se lever: elle prenait son petit-déjeuner en solitaire, mais cela ne la dérangeait pas, et lui permettait de s'éveiller pleinement.

Lily, malgré sa toute nouvelle grossesse, n'avait pas pour autant cessé toute activité. Elle continuait d'entretenir la maison, et de faire son ménage matinal: elle aimait tenir la maison propre, ranger et laver ne la dérangeait pas et l'occupait une bonne partie de la journée, d'autant plus que le foyer dans lequel elle avait emménagé était bien vivant.



Lorsque Kâli eut terminé son assiette, elle s'empressa de venir faire la vaisselle.

"Tu as terminé? Je peux laver?
-Oh mais ne t'embête pas, laisse-moi faire! Va te reposer un peu, tu travailles trop Lily!
-Mais je ne suis pas fatiguée! Kairos m'a déjà obligée à dormir jusqu'à neuf heures, c'était incroyablement long. Tu es sûre ça ne te dérange pas?
-Allons, pour une assiette! Comment se porte le petit?
-Oh très bien j'ai l'impression.
-N'hésite pas à me parler si tu as des questions!
-Je n'y manquerai pas. Après tout, c'est toi qui devras m'aider à le mettre au monde!
-Heureusement, nous avons encore le temps pour ça."


A peine la future mère était-elle sortie de la pièce, que ce fut au tour de Târâ d'entrer à la cuisine. Depuis son altercation avec Lily, elle l'évitait autant que possible, et essayait de ne pas se retrouver dans la même pièce qu'elle si elle n'y était pas obligée. Personne ne semblait avoir remarqué son attitude, mis à part Lily elle-même, qui n'osait pas aborder le problème.

La jeune fille arriva cependant tout sourire vers sa soeur, sans rien laisser paraître de ses pensées.

"Ah tu es enfin réveillée!
-Je suis désolée, j'ai travaillé tard hier soir.
-Tu avances bien?
-Ça peut aller, mais ce n'est pas encore tout à fait ça.
-Une petite balade ça devrait t'aider à y voir plus clair?
-Oh je suis désolée, aujourd'hui c'est impossible. J'ai... invité un ami, il s'intéresse à mes travaux.
-Oh... je vois."


Târâ était déçue, elle qui avait pensé pouvoir passer sa journée en compagnie de Kâli pour calmer sa colère... Elle ne voyait pas non plus d'un très bon oeil le fait que sa soeur ait invité quelqu'un sans lui en parler avant. Elle trouvait cela étrange, et elle avait toujours quelques préjugés contre les étrangers et les personnes qu'elle ne connaissait pas... Et ses expériences lui montraient qu'elle avait raison: Lily lui avait volé son frère, et tout ceux qui ne la connaissaient pas la regardaient d'un drôle d'air, jusqu'à se moquer d'elle.

Elle fit cependant bonne figure lorsque Kâli lui présenta Akin. C'était un jeune homme charmant, et même si elle n'avait pas envie de faire sa connaissance, elle resta cependant pour l'espionner et l'analyser discrètement. Elle se contenta d'écouter sa soeur lui parler, tout en faisant semblant d'être occupée de son côté.


La consécration des héritiers d'Ika ne se fit pas attendre. Le lendemain matin, elle les emmena en pèlerinage au sommet du volcan endormi

"Cher volcan, chère montagne, toi qui veilles sur nous depuis des siècles et des siècles... J'ai accompli mon rôle au sein du village, et il est temps pour moi de donner ma place. Je te présente ici même Kâli, apte à reprendre mon travail de guérisseuse, et Kairos, nouveau chef de la tribu... Puisses-tu leur apporter tout ton soutien, ils en auront besoin.
-Je promets de pourvoir à tous les besoins du village, fit la jeune femme.
-Je promets de pourvoir à tous les besoins du village, répéta son frère."


La pluie commença à tomber alors qu'ils redescendaient les flancs de la montagne. Ika jeta un dernier coup d'oeil derrière elle, en direction de la cheminée du volcan. C'était sans doute la dernière fois qu'elle venait à cet endroit... Lorsqu'ils seraient rentrés à la maison, elle n'aurait plus rien à faire: plus aucune contrainte, plus de remèdes à préparer... Elle aurait du temps libre, tant qu'elle ne saurait sans doute pas quoi en faire.

Luhan en profiterait sans doute pour la sortir, et ensemble, ils redécouvriraient les environs, comme des petits vieux qu'ils étaient...


Le ventre de Lily grossissait de plus en plus, et Kairos avait hâte d'être père. Il espérait secrètement avoir un garçon, mais pour la jeune femme, cela n'avait aucune importance.

"Tu l'aimeras moins si c'est une fille?
-Bien sûr que non!
-Alors tu vois bien que tu n'as pas vraiment de préférence.
-Mais si... Mais ce n'est pas pareil.
-Quelle est la différence?
-Ben, je suis un homme! Alors ce serait plus facile pour moi si c'était un garçon!
-Tu doutes de tes capacités?
-Peut-être bien..."


Tandis que le couple profitait de ces instants de solitude dont il ne pourrait plus profiter lorsque le bébé serait arrivé, deux autres personnes se rapprochaient plus qu'il n'y paraissait: il s'agissait de Kâli et Akin. Le jeune homme suivait vraiment de près les travaux de la nouvelle guérisseuse, qui l'invitait à passer de nombreuses heures à la maison.

"Au revoir alors! A demain!
-A demain Akin!"

Ce n'était qu'après une longue étreinte qu'il quittait la maison, laissant la jeune femme rêveuse. Ce qui n'était pas au goût de Târâ, qui épiait ces moments d'affection d'un mauvais oeil. Qui était-il pour oser toucher sa soeur de cette façon?

"Aaah..."

Elle posa subitement les mains sur sa tête: la migraine lui revenait.


La seule façon qu'elle avait trouvée pour se calmer était de jouer de la musique: elle s'installait au clavier, ou dehors avec ses cordes, et jouait jusqu'à en avoir des crampes aux doigts. Pour elle, c'était le meilleur moyen de se débarrasser d'une colère qui grondait en elle, mais que personne d'autre n'entendait.

Quand on pensait qu'elle s'adonnait à une passion dans le but de s'améliorer encore et toujours, la réalité était toute autre: elle cherchait simplement à s'apaiser, avant que ses mauvaises pensées ne prennent le dessus... et ne fassent empirer ses maux de tête, toujours plus forts lorsqu'elle était en colère.


Pour Lily, ce n'était qu'un état d'esprit passager. Elle était la seule à voir le mal être de l'adolescente, mais que pouvait-elle bien faire pour elle? Târâ ne voulait pas l'approcher, ni même la regarder, alors qu'elle aurait pu l'aider... Pour ainsi dire, elle la laissait à peine laver ses vêtements. N'était-elle bonne qu'à cela à ses yeux? Laver son linge sale?

La jeune femme secoua la tête. Il lui faudrait trouver une solution, en parler à quelqu'un... Mais elle ne savait pas qui accepterait de l'écouter sur ce sujet. Târâ était un sujet sensible à la maison, où elle était très protégée par sa famille.


Cependant, l'adolescente était loin des tourments qui pouvaient agiter sa belle-soeur. Elle semblait même avoir oublié pourquoi elle ne lui parlait plus, et elle s'était encore plus rapprochée de sa soeur. Leur relation était assez fusionnelle, et Kâli continuait d'apprécier la présence de sa soeur qu'elle aimait plus que tout, depuis sa plus tendre enfance.

"Il est gentil, Akin?"

La question parut surprendre Kâli, mais elle répondit à la question avec plaisir, heureuse de voir que Târâ s'intéressait un peu à sa vie personnelle.

"Oh oui! Très gentil tu sais, tu devrais venir avec nous en promenade un jour.
-Je ne sais pas... Moi, je préfère quand on est toutes les deux... toutes seules, fit-elle d'un ton appuyé."


Parfois, elle était obligée de se retrouver aux côtés de Lily. Personne ne le remarquait, mais, avec tant de bien que de mal, Lily essayait timidement de lui adresser la parole, par des remarques anodines et gentilles, qui n'avaient cependant aucun effet.

"Belle journée aujourd'hui Târâ, n'est-ce pas?"

"Veux-tu aller ramasser des champignons avec moi?"

"J'aime beaucoup ta robe, elle te va bien."

"Ta musique est vraiment belle, j'aimerais tant savoir jouer aussi bien!"

Mais la jeune fille continuait de l'ignorer, ce qui lui coûtait de gros efforts émotionnels: les maux de tête refaisaient surface.


Et Kâli s'inquiétait pour elle.

"Oh Târâ, tu as encore mal?
-Oui...
-Va vite te coucher, je vais aller te préparer quelque chose pour soulager la douleur."

La jeune femme courut à son chaudron, et commença à faire bouillir de l'eau. Elle y ajouta quelques feuilles de menthe, et d'autres plantes qui apaisaient les maux de tête. Cela l'inquiétait pour l'avenir de Târâ, était-ce une santé fragile qui lui causait ces douleurs? Elles n'étaient cependant pas régulière, mais la guérisseuse n'arrivait pas à déterminer les causes de ces maux de tête: Târâ n'avait ni fièvre, ni maux de ventre, ni quoi que ce soit d'autre.


Lily décida de s'allonger un peu, une fois le ménage de la journée accompli.

Elle sentait que le bébé grandissait bien dans son ventre, et elle n'était pas du tout inquiète: après tout, elle vivait sous le toit de la guérisseuse du village... L'accouchement ne pouvait donc que se dérouler parfaitement. Elle avait commencé à réfléchir aux prénoms, et quelques uns lui étaient venus à l'esprit.

Son propre prénom n'avait absolument rien de local, et pour cause: il y a longtemps, un homme blanc était venu au village et s'était uni à l'une des femmes du village. Il s'agissait de son arrière-grand-père, dont les prénoms occidentaux avaient largement contribué à nommer le reste de ses descendants. Alors, puisqu'il y avait tellement de choix de prénom, lequel pourrait-elle bien donner à son enfant?


Kâli résistait difficilement à son attirance pour Akin. Il leur arrivait souvent de faire une petite balade en fin de journée, et de se retrouver seuls.

Elle lui trouvait un charme irrésistible, il était toujours prévenant et serviable avec elle... Elle sentait bien qu'elle tombait amoureuse. Mais pouvait-elle vraiment se permettre de se laisser aller à de tels sentiments envers le jeune homme?

Alors qu'il la serrait dans ses bras, ses pensées s'emmêlaient et s'échauffaient dans sa tête.


Lorsque Akin plongea son regard dans le sien, elle sentit quelque chose se briser en elle.

"Kâli..."

Il lui fallut un immense effort pour reprendre ses esprits. Elle se força à lui sourire et lui prit la main.

"Ecoute Akin... Je ne sais pas si... si c'est une bonne idée, enfin je veux dire, nous...
-Pourquoi? Nous avons tellement de choses en commun...
-Je sais bien, mais... Ecoute, c'est compliqué. Il y a ma soeur, elle va se sentir seule et abandonnée, je dois m'occuper d'elle, du village, ma belle-soeur va bientôt accoucher..."

Elle secoua la tête, complètement perdue. Pouvait-elle vraiment se permettre une histoire avec Akin? Avait-elle envie de s'unir déjà à quelqu'un?


Akin se contenta de hocher légèrement la tête.

"Réfléchis bien alors... Laissons-nous du temps. Laisse-moi une chance Kâli... Je t'en prie."

Sa voix était si douce et dégageait une telle chaleur que la jeune femme ne sut pas repousser le jeune homme.

"D'accord... répondit-elle. Laisse-moi quelques jours pour réfléchir à tout ça au calme. Je suis désolée de pas pouvoir te répondre maintenant...
-Je t'attendrais Kâli."

Elle jeta un coup d'oeil aux environs, et déposa rapidement un baiser sur les lèvres d'Akin, avant de lui tourner le dos et de rentrer chez elle.


En rentrant à la maison, c'était déjà l'heure du dîner: elle se glissa à table aux côtés de sa mère, un peu chamboulée. Pourtant, ce qui l'inquiéta davantage encore était l'absence de Târâ à table.

"Târâ n'est pas là? demanda-t-elle.
-Elle va arriver, elle était souffrante tout l'après-midi... "

Kâli se mordit les lèvres. Elle avait passé tout ce temps en compagnie d'Akin, et n'avait pas pensé à donner sa potion à sa petite soeur. Et elle pensait à s'unir à lui? Cela signifiait prendre une nouvelle maison, partir d'ici, et s'éloigner d'elle...


Târâ s'était changée après avoir pris une bonne douche, et elle vint manger un morceau avec sa soeur, qui était la seule à être restée dans la cuisine en l'attendant.

"Est-ce que tu te sens mieux? fit-elle inquiète.
-Ça va mieux, la douche m'a fait du bien.
-Je suis désolée de ne pas avoir été...
-Ce n'est rien. C'est oublié. Tu étais avec Akin...? demanda-t-elle doucement.
-Oui... Tu sais, il... Enfin, c'est compliqué."

Târâ lui lança un regard dont elle ne perçut pas le ton hautain.

"Il te plaît, c'est ça?"


Kâli haussa les épaules.

"Oui, il me plaît... Et je crois bien que je lui plais aussi. Mais je n'ai pas envie de m'unir à lui! Pas tout de suite, c'est beaucoup trop tôt! Et puis, je me demande même si j'aurais vraiment envie de m'unir à quelqu'un un jour! C'est tellement de responsabilités, et puis c'est contraignant aussi.
-Alors ne le fais pas.
-Ce n'est pas aussi facile que ça Târâ... Je... J'ai peur de tomber amoureuse de lui, et alors, je ne pourrais plus lui résister."

Une lueur étrange passa dans les yeux de Târâ.

"Tu... Tu vas partir?"


Kâli l'observa et regretta immédiatement ses paroles.

"Oh Târâ! Bien sûr que non, je ne vais pas partir! C'est bien ce qui me torture, je ne veux pas te quitter! Je ne pourrais pas, nous sommes tellement proches toutes les deux... Je t'aime Târâ, tu le sais bien."

La plus jeune des deux femmes fit un pas vers sa soeur, et la prit dans ses bras.

"Je t'aime aussi... lui assura-t-elle en la serrant contre elle."


2 commentaires:

  1. maeleo5/12/15

    Pas facile comme situation, Târâ qui se sent abandonnée si ses frère et sœur voient quelqu'un d'autre et Kali qui veut à tout prix son bonheur, presque prête à sacrifier son amour. J'espère qu'ils arriveront à trouver une solution, même si ça va être compliqué...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui ça commence à être compliqué...

      Supprimer