13.7.16

Episode 137: La dystopie


"Tu vas perdre! Tu vas perdre, tu vas voir!! s'extasia Vitae en prenant le contrôle de son vaisseau."

Elle avait découvert en Julian une oreille attentionnée ainsi qu'un ami, aussi passaient-ils pas mal de temps ensemble, dès qu'ils le pouvaient. Généralement, ils se voyaient dans le foyer de Vitae, pour ne pas tomber sur Neven, de plus en plus dur et strict. Julian faisait cependant attention à toujours être irréprochable, de sorte qu'on ne pouvait pas lui interdire de sortir, ce qui n'était pas le cas de la fillette.

"Ecoute, je n'ai rien contre le fait que tu invites ton cousin à la maison, mais quand ton travail est fait! la gronda Arwen.
-Mais...
-Arrête de discuter, ça suffit maintenant. J'en ai assez, tu m'entends? Tu m'avais promis de faire des efforts, et tu ne tiens pas ta promesse. Tu es privée de sortie, et Julian ne viendra pas jusqu'à nouvel ordre. Et n'essaie pas de filer en douce, je t'ai à l'oeil."

Vitae ouvrit la bouche pour répliquer, mais se tut suite au regard noir de son père.


Malgré la punition, Sera et Arwen ne pouvaient pas rester à la maison: ils devaient se rendre une dernière fois à la bibliothèque, pour vérifier quelque chose d'extrêmement important. Ils décidèrent donc d'emmener leur fille avec eux, ce serait un excellent moyen pour elle de se concentrer, et de faire ses devoirs.

Ils l'installèrent à une table, puis partirent un peu plus loin à la recherche d'un livre très spécial.

"Est-ce que tu le trouves? demanda Sera.
-Je cherche.
-A quoi ressemble-t-il?
-Il devrait être légèrement vert, avec une écriture dorée sur la couverture...
-Il y a tellement de livres dont l'écriture est dorée par ici!
-C'est un livre qui doit parler d'histoire... Je sais que ma mère l'avait déjà emprunté, une fois. Elle n'y avait rien trouvé d'intéressant, mais je crois qu'elle est passé à côté d'un détail...
-Ce ne serait pas un de ces deux livres?"


Arwen les prit tous les deux et les regarda.

"Mmhm, je ne saurais pas te dire...  Je crois bien qu'il s'agit de l'un de ces livres, mais les deux ressemblent beaucoup au souvenir que j'en ai.
-Alors, il n'y a qu'à les lire.
-Je pense que oui."

Ils vérifièrent que Vitae était toujours occupée, puis s'installèrent à leur tour, en se plongeant chacun dans une lecture qui allait se révéler longue et fastidieuse.

"Qu'est-ce qu'on fera ensuite? demanda Sera.
-Je ne sais pas. Tout dépend de ce qu'on va trouver.
-Tu crois vraiment qu'ils laisseraient de tels indices à la vue de tous?
-Plus personne ne lit ces livres d'histoire, tu le sais tout aussi bien que moi. Et un oubli est vite arrivé... Ils sont tout aussi humains que nous."


"Résumons tout ce que nous savons, décida Arwen.
-L'île n'est pas autonome, comme on nous l'enseigne à l'école, commença Sera.
-Il se trame quelque chose du côté du centre scientifique, et on nous a envoyés dans le futur à notre insu...
-Un futur totalement détruit. L'avenir de Suvadiva n'est pas bon, toute la mer va disparaître, et le bonheur que nous pensons être acquis va totalement s'effondrer...
-Je pense qu'il y a quelqu'un, quelqu'un qui gouverne tout, murmura Arwen pour que personne d'autre ne l'entende.
-C'est totalement fou.
-Mais ça expliquerait tout, tu ne crois pas?
-Pourquoi? Pourquoi quelqu'un chercherait à nous manipuler de cette façon? A changer le comportement de ses habitants, comme Neven?
-Parce que... Parce que..."

Arwen laissa tomber ses yeux sur son livre, puis retint son souffle. La réponse était là, devant lui.

"Je sais pourquoi..."


Il referma brutalement son livre, et sentit ses doigts trembler. Sera se retourna vers lui.

"Qu'est-ce que tu as compris? Qu'est-ce que tu as trouvé?
-C'est pourtant évident non?! s'enflamma-t-il soudain. Si tout est aussi contrôlé, si tout semble si parfait, c'est qu'il y a forcément une faille!!
-Qu'est-ce que...
-Ça ne t'a jamais étonné cette histoire de colonie? Je veux dire, personne n'a jamais entendu parler des personnes qui sont parties là-bas!
-Je croyais que ta mère avait eu des contacts avec sa famille.
-C'est ce qu'elle disait. Mais seulement grâce à internet. Et tu ne crois pas que dans un monde comme le nôtre, remplie de machine, il ne serait pas facile...
-... de simuler la présence de quelqu'un? compléta Sera.
-Exactement. Je parie qu'il n'y a jamais eu de colonies.
-Mais alors... Tous ces gens...? Que leur est-il arrivé?
-Ils ont tous été... exterminés. Regarde cette ligne: ils ont dû oublier de l'effacer avec l'adoucissement de nos moeurs, mais n'empêche que c'est là. Toute personne dont les croyances différeront des nôtres, toute personne ne respectant pas les critères de races, sera menée sur la place publique où la vie lui sera ôtée. C'est noté noir sur blanc."


"Mais ces coutumes ont été abolies il y a plusieurs siècles de ça!! s'exclama Sera outré. C'est un vieux livre que tu as là Arwen!
-Et alors? Je te parie que ça n'a jamais été aboli. Que ceux qui étaient au pouvoir en ce temps-là se sont juste retirés dans l'ombre, pour mieux pouvoir gouverner. Qui de mieux placé que quelqu'un que l'on ne voit pas, et que l'on croit inexistant? Quelqu'un pour qui la pureté de l'île compte énormément.
-Tu te rends compte de ce que tu dis!
-Tu as quelque chose à y redire?
-Je... non, je dois bien avouer que tout ça tient debout. Mais... Alors, ces programmes de reproduction, c'est uniquement pour mieux nous contrôler.
-Exactement. Contrôler les relations, c'est contrôler les populations naissantes et leurs caractéristiques physiques. C'était sans compter sur l'arrivée de mon père, j'imagine, fit Arwen en désignant ses cheveux blonds."

Sera ne trouva même pas la force de plaisanter. Si tout cela était vrai, alors Arwen et Vitae couraient un grave danger, du fait de leur impureté physique. Et le cas de Neven, dont les pensées étaient assez radicales, avait été vite expédié: on avait modifié sa personnalité.


"Et donc... qu'est-ce qu'on va faire maintenant? fit Sera.
-Je ne sais pas encore. Mais on ne va pas se laisser faire. Est-ce qu'il ne serait pas temps de se lever contre eux, comme on le disait pour rire quand on était plus jeunes?"

Sera secoua la tête, impuissant. Il ne savait pas quoi penser de tout ça, c'était bien au-delà de ce qu'il avait imaginé.

"Alors on serait manipulé depuis le début?
-Depuis des siècles maintenant...
-Et qu'est-ce que tu fais de notre voyage dans le... futur?
-J'imagine... qu'on n'aurait pas du reprendre connaissance durant ce temps-là. Un accident. Ils ont du perdre le contrôle.
-Et personne ne s'en est rendu compte? Parce que si quelqu'un s'aperçoit que nous avons découvert leur petit secret, crois-moi qu'ils ne vont pas nous laisser agir à notre guise...
-Je le sais bien. C'est pour ça que pour le moment, ça doit rester entre nous."


Son compagnon hocha la tête. Cependant, une dernière question restait en suspens.

"Et l'état de l'île? Qu'est-ce que ça signifie?"

Arwen haussa les épaules.

"Je ne sais pas... Il y a tellement d'éléments à prendre en compte. Ce que je sais... c'est qu'il y avait une statue, tu te souviens?
-La statue en l'honneur de l'homme qui a sauvé l'île. Oui. Le maître de la révolution, récita Sera.
-C'est ça... J'y ai bien réfléchi vois-tu. Et si ce doit être moi cet homme, alors je le serai.
-Et comment comptes-tu t'y prendre?
-Je ne sais pas encore. Mais j'y arriverai, je le jure... Je veux que notre fille puisse vivre dans un monde meilleur."

Sera ne put qu'approuver, malgré la peur qui s'insinuait doucement en eux.


Ils quittèrent alors la bibliothèque, ils n'avaient absolument plus rien à y faire. Les livres ne leur seraient plus d'aucune utilité à présent, et mieux valait qu'on ne les voit plus en train de traîner par ici: il ne fallait pas éveiller les soupçons.

Comme l'avait dit Sera, puisque tout était contrôlé dans les moindres détails, ils ne reculeraient devant rien pour garder leur secret. Arwen ne savait pas encore comment il allait faire tomber ces personnes de l'ombre, mais il avait la ferme intention de mettre fin à tout cela.

Il rêvait à présent d'un monde vraiment libre, et d'un peuple qui serait maître de ses choix et de ses actes. C'était quelque chose que les habitants ne possédaient pas, loin de là. On les empêchait de vraiment s'aimer, on leur refusait le métissage, bien que cet interdit soit masqué.

Il en venait à se demander si ses parents étaient vraiment morts de façon naturelle, comme Neven le lui avait annoncé. Il ne le saurait probablement jamais.


Le soir, ils décidèrent d'emmener Vitae au restaurant. Elle avait bien travaillé, et avait terminé ses devoirs. Elle avait même fait quelques exercices supplémentaires, et il fallait la récompenser pour son bon travail. Prendre un bon repas tous ensemble était l'occasion de passer un bon moment, et d'oublier les tensions qui les avaient habités durant la journée.

"Est-ce que j'aurai le droit de sortir demain? demanda la fillette.
-Je ne sais pas, ça dépend de toi et de ton comportement, répondit Arwen. Peux-tu me passer le sel?"

Elle lui tendit la petite bouteille, et il sala son plat. Il essayait de réfléchir au moyen de lever la punition, sans pour autant passer pour un père trop laxiste.

"C'est bientôt le week-end, annonça-t-il, et tu pourras faire ce qu'il te plaît!
-Oh c'est vrai? dit-elle avec une lueur ravie dans les yeux.
-Bien sûr. Le week-end, c'est fait pour se reposer et pour s'amuser!"


Vitae tourna la tête en direction de son autre père, Sera, et il hocha la tête en signe d'approbation. Si ses deux papas étaient d'accord, alors elle pourrait effectivement passer un week-end d'exception!

La fillette se sentit tout à coup beaucoup plus détendue, et elle avala son potage avec plus d'entrain. C'était une soupe aux champignons et aux pommes de terre, son plat préféré.

"Est-ce que l'on ira à la mer? demanda-t-elle.
-Tous ensemble, tu veux dire? fit Sera.
-Oui!
-Bien sûr, si tu as envie!
-Et est-ce que Julian pourra venir avec nous? Ses parents ne veulent jamais sortir avec lui, alors il est souvent tout seul."

Arwen acquiesça. Il s'en était déjà douté en voyant son neveu seul, Neven et Airaro ne semblaient plus sortir beaucoup de leur maison. Il était donc seul la plupart du temps, et cela lui faisait de la peine de voir que sa famille était devenue aussi distante.


"Ne mange donc pas si vite! dit Sera à sa fille. Tu vas avoir mal au ventre à manger si rapidement.
-Mais c'est tellement bon!
-Ah oui, meilleur que ce que je peux te préparer à la maison? la taquina-t-il.
-Ce n'est pas pareil papa! Tu ne trouves pas que c'est bon, toi?
-Si voyons, je t'embêtais! Profite donc de ce bon repas alors!"

Il se garda bien de lui ajouter qu'il s'agissait peut-être du dernier qu'ils passaient ensemble. Elle semblait si joyeuse en cet instant, qu'il n'osait pas lui dire que des jours sombres risquaient d'arriver. Qui aurait pu le lui dire de toute façon? Arwen non plus n'abordait pas le sujet. Pourtant, il faudrait bien lui annoncer un jour dans quel monde ils vivaient. Autrement, la soit-disante révolution qu'ils voulaient lancer n'aurait plus lieu d'être, si personne n'était là pour reprendre le flambeau et les aider.

Et Vitae semblait avoir le caractère tout désigné pour cela.


Finalement, le repas se termina dans la bonne humeur. Ils laissèrent leurs assiettes sur la table, et un serveur vint les débarrasser. Il ne resta plus qu'à régler l'addition, et ils purent rentrer tranquillement chez eux.

Sur le chemin du retour, Arwen et Sera se tenaient la main, tandis que Vitae trottinait gaiement devant eux.

C'était vraiment une petite fille exceptionnelle, les deux parents n'en doutaient pas quand ils la regardaient. Elle était née dans des conditions extraordinaires, et nul doute que son destin le serait tout autant. Cependant, elle était encore trop jeune pour avoir conscience de tout cela, de tout ce qui entourait sa venue au monde.

Mais un jour, il faudrait lui dire. Lui avouer que cette île n'était pas si miraculeuse que ça, et que, peut-être, ils seraient amenés à être séparés plus tôt que prévu.


C'était cela qui les inquiétait plus que tout: être séparés de leur fille. Evidemment, tout être vivant était voué à mourir un jour, et on ne pouvait pas choisir ce moment, mais il y avait des événements qui vous emportaient parfois en avance.

Arwen et Sera savait ce qui était en train de se préparer dans l'ombre. Une bataille, une rébellion, on pouvait appeler ça comme on voulait, le résultat était le même: il y allait avoir inévitablement des pertes. Des gens allaient mourir. Qui, personne ne pouvait le prédire.

Vitae se dirigea immédiatement vers sa chambre, où sa maison de poupées l'attendait. Elle adorait inventer des histoires avec ses petits personnages, car c'était son occupation préférée.

Ses deux papas en profitèrent pour se poser dans le salon, avec une tasse de thé à la main.


"Alors... soupira Arwen. On en est toujours au même point.
-Concernant Vitae, oui... mais elle est trop jeune.
-Il faudra bien lui parler. Qu'elle comprenne, si jamais nous venions à...
-Disparaître?
-Oui.
-Nous lui dirons, le rassura Sera. Mais pour le moment, je ne pense pas que nous risquions quelque chose.
-Pour le moment..."

Arwen but sa tasse d'une traite, avant de la reposer sur la table. Il devait accepter ce qui allait se produire. Sa vie n'aurait rien eu de ce qu'il avait pu imaginer, et sans doute ne réaliserait-il pas les rêves qu'il avait eu. Son destin avait été tout tracé, bien avant sa naissance. Et c'était cette voie-là qu'il devait suivre.


"Julian!! Julian!!"

Vitae sautillait sur le perron de son foyer. Elle venait d'apercevoir son cousin sur le chemin, et elle tentait tant bien que mal d'attirer son attention.

"Tiens, mais qui voilà! s'exclama-t-il en avançant vers elle.
-Coucou! Tu vas bien?
-Très bien et toi?
-Oui ça va.
-Tu n'es pas en route pour l'école?
-Bientôt! Un de mes papas doit encore vérifier mes devoirs...
-Alors ça y est, tu t'es mise au travail? C'est bien! la félicita-t-il.
-Je n'ai pas eu le choix tu sais... Il était vraiment très fâchés! confia-t-elle un peu honteuse.
-Tu verras que tout se passera bien. Tu leur fais plaisir, et en plus, tu auras de bonnes notes!"


Arwen eut un sourire en entendant son neveu. Il était heureux de savoir que Julian pouvait avoir une bonne influence sur sa fille. Ce n'était pas le moment de se faire remarquer, et si Vitae pouvait avoir de bons résultats à l'école pour bien se faire voir des professeurs, c'était parfait.

Julian ne semblait pas être une menace à ses yeux, au contraire, il n'avait pas grand-chose à voir avec ce qu'était devenu Neven: c'était un garçon sage, certes, mais joyeux et toujours prêt à s'amuser.

"Pourquoi ne viendrais-tu donc pas à la maison après l'école? lui proposa-t-il en rendant ses devoirs à Vitae.
-C'est très gentil, merci!
-Oh oui, viens à la maison! s'exclama la fillette.
-Dépêchez-vous, vous allez être en retard! les houspilla l'adulte."

Vitae rangea rapidement ses cahiers, et ils filèrent tous les deux en direction du centre.


Sera avait quitté la maison pour se rendre sur la plage. Vitae à l'école, il n'avait plus grand-chose à faire à la maison, et il y avait quelque chose qu'il voulait vérifier.

A quelques centaines de mètres de là, on pouvait apercevoir une île plutôt verdoyante. Aussi loin qu'il s'en souvienne, cette île avait toujours existé. Cependant, personne n'y avait jamais été. Pourquoi? Y avait-il un interdit concernant cette bande de terre et de sable?

Il n'y avait aucun moyen de le savoir, sans doute n'aurait-il même pas du se poser ce genre de questions. Pourtant, depuis ce voyage dans le futur, tout était bouleversé dans son esprit. Ses pensées, ses convictions et ses opinions, tout avait changé.

Il vérifia que personne n'était dans les environs, puis il sortit la loupe télescopique qu'il avait emmenée avec lui.


Il la planta dans le sable, et s'assura qu'elle était bien stable avant de regarder à l'intérieur.

Il ne savait pas pourquoi, mais il avait envie de découvrir le secret de cette île proche et pourtant si lointaine.

Il scruta longuement l'horizon, sans parvenir à déceler le moindre indice. Il n'y avait que des buissons et des palmiers à perte de vue, même la plage semblait déserte.

S'était-il trompé? Ce banc de sable était-il tout simplement vide, parce que trop petit...?


2 commentaires:

  1. A tout les coups c'est un camouflage :) Il y a un moment que je pense que s'ils ne sont pas sur l'ile ils doivent être en dessous. Le tout est de trouver l'entrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ah ça c'est sûr ils sont cachés!

      Supprimer