16.4.16

Episode 105: La déesse


Odin avait finalement trouvé un moment à passer en compagnie de sa soeur, lors du petit-déjeuner. Son apparence ne l'avait pas tellement effrayé, même s'il n'en avait pas non plus été indifférent. Il savait qu'à l'intérieur, elle était restée la même. Il lui fallait simplement prendre confiance en elle, et accepter ce qu'elle était en train de devenir, même si ce n'était pas facile.

"Est-ce que tu veux sortir avec moi aujourd'hui? J'ai rendez-vous avec Maëva, et elle m'a dit qu'elle serait ravie que tu viennes avec nous.
-Mmhm...? Ah. Non, merci, ça ira. Amuse-toi bien. Je suis fatiguée, je crois que je vais retourner me coucher."

Freya se leva, et elle le laissa seul. Il soupira, il ne comprenait pas son attitude. Il repoussa son assiette, il n'avait plus faim, et il se rendit au domicile de la jeune femme qui l'attendait. Il était ravi de la revoir, il avait tant de choses à lui demander!


Il la suivit dans la cuisine, et elle sauta sur le comptoir pour s'asseoir. Leur rendez-vous n'avait rien de très formel, mais elle lui avait elle-même proposé de venir à la maison, elle pourrait ainsi lui parler tranquillement de Suvadiva et de ses coutumes, et il pourrait lui poser toutes les questions qui lui viendraient à l'esprit.

Le jeune homme regarda un peu tout autour de lui, avant de s'appuyer lui-même contre l'un des meubles.

"Vas-y, je t'écoute! lui dit-elle avec un sourire encourageant.
-Eh bien, je... Ne le prends pas mal!
-Bien sûr que non.
-Pourquoi est-ce que vous avez tous les cheveux bleus? C'est naturel? C'est même possible? Je n'avais encore jamais vu ça ailleurs!
-Oui, c'est naturel, nous les avons de cette couleur depuis... Oh, je ne sais pas, des siècles, peut-être même depuis le commencement.
-Et jamais personne ne les a eu d'une autre couleur? Je veux dire, ce n'est pas la première fois que vous accueillez des étrangers, et..."


Maëva eut un sourire entendu.

"Effectivement. Mais généralement, ceux qui se retrouvent avec une couleur de cheveux un peu différente sont envoyés dans les différentes colonies que nous possédons. Ici, tu te trouves vraiment au coeur de notre archipel... C'est ici que tu trouveras les personnes les plus pures de notre race."

Odin réfléchit quelques instants, et décida d'accepter cette réponse.

"Et... Et ce diadème que tu portes? J'ai vu que les autres femmes en avaient un également, pas de la même couleur, mais très semblable.
-Oui, tu as vu juste. C'est un diadème de cristaux, qui est remis aux femmes lorsqu'elles deviennent en âge de fonder un foyer. Selon la couleur, un trait de notre personnalité est représenté, et nous le gardons ensuite toute notre vie.
-Que représente le bleu? demanda-t-il avec envie et curiosité.
-La douceur, fit-elle avec un sourire infiniment doux."


Le jeune homme se sentit un instant déboussolé. Elle avait dit cela avec tant de... douceur, justement. Si les cristaux bleus symbolisaient la douceur, alors oui, ils lui allaient très bien. C'était ce qu'il avait immédiatement ressenti en la voyant. L'impression d'une femme très gentille, et toujours douce avec autrui.

"Et tu... Enfin, comment savoir alors si une femme est mariée ou non, si elle garde son diadème toute sa vie?
-Les nouvelles vont vite sur l'île, répondit-elle de sa douce voix. Tu l'apprendrais bien assez vite, crois-moi!"

Une étrange chaleur se mit à envahir le corps d'Odin. Il baissa la tête pour masquer sa gêne, de peur de rencontrer son regard si pénétrant: il n'avait jamais vu d'yeux aussi bleus que les siens, et il avait l'impression qu'un seul instant de déconcentration pouvait l'y perdre à tout jamais. Il tomba cependant sur ses deux jambes féminines, gracieusement croisées, et il pensa tout à coup que c'était encore pire de regarder cette partie de son corps.


"Hum, oui... Je vois. Et, euh... Et toute cette technologie alors? D'où vous vient-elle?"

Maëva haussa les épaules devant une telle question. Chacun de leurs visiteurs la lui posait, et pourtant, elle ne savait toujours pas comment y répondre.

"Je ne saurais pas te répondre, Odin... Comment avez-vous découvert le feu? Appris à lire, à écrire? Cela fait partie de notre civilisation, de notre développement. C'est avec le temps que nous avons réussi à inventer toutes ces machines..."

Elle fit un large geste de la main en direction de la robotique qui était entreposée dans sa cuisine.

"Rien ne nous a été offert, nous avons travaillé dur."

Odin hocha la tête, même s'il n'avait pas vraiment  écouté sa réponse, trop préoccupé qu'il était par la personne physique qu'elle représentait.


"Est-ce que ça va? lui demanda-t-elle en le voyant ailleurs.
-Hein? Oui, oui! Je me demandais simplement..."

Elle l'encouragea d'un signe de tête, et il réussit à reprendre ses esprits.

"Comment se fait-il que personne d'autre n'ait atteint le même degré de connaissances que vous? Je n'ai pas connu beaucoup de monde, mais... Mes ancêtres ont beaucoup voyagé, et même si internet existe dans d'autres contrés, il me semble, il y a des choses qui... qui n'ont jamais été découvertes ailleurs. J'en suis persuadé. Vous semblez tellement perdus au beau milieu de l'océan...
-Je ne saurais t'en dire plus, malheureusement. Je n'ai jamais obtenu l'autorisation du Grand Voyage, je ne l'ai même jamais demandée, donc je ne connais pas grand-chose de l'étranger...
-Le Grand Voyage?"


La jeune femme croisa les jambes, et se redressa un peu plus sur le comptoir où elle était assise. Odin se demanda alors pourquoi ils ne s'étaient tout simplement pas installés autour d'une table, sur des chaises, ce qui aurait été bien plus confortable.

"Le Grand Voyage n'est autorisé que pour un tout petit nombre de personnes, c'est pourquoi j'ai toujours pensé que je n'aurais jamais cette autorisation, et que je ne l'ai jamais demandée. Elle consiste à partir en voyage, à faire le tour des océans qui nous entourent... Ceux qui en reviennent sont grandis, ils apprennent énormément sur les technologies des autres peuples, mais aussi sur les relations humaines! Nous n'avons pas tous les mêmes coutumes, et cela doit être fascinant de voyager ainsi. Bien sûr, c'est dangereux de partir en bateau, et parfois, certaines personnes n'en reviennent jamais... Cependant, je persiste à croire que ce doit être fabuleux."

Odin voyait ses yeux briller, peut-être après tout regrettait-elle de n'avoir osé formuler sa demande. Même s'il la comprenait, il pensait qu'il n'y avait rien de mieux que de rester parmi les siens, au sein d'une communauté.


"Je comprends ce que tu dis, même si je n'ai pas vraiment voyagé pour ma part... C'est surtout ma mère. Mais tu n'as pas peur de la solitude? Maintenant que je suis ici... Je me rends compte à quel point certains moments pouvaient être pesants. Je suis tellement heureux d'avoir d'autres personnes à qui parler, mis à part ma mère et ma soeur!
-Vivre avec uniquement des femmes, ce n'est jamais simple, rétorqua-t-elle avec un sourire.
-Ce n'est pas seulement ça, je pense... J'avais besoin de nouvelles personnes à qui parler, de nouveaux visages."

Maëva acquiesça, avant de descendre de son perchoir, et il en fit de même. Il se rendit compte qu'il avait extrêmement chaud, et que de le transpiration était en train de goutter dans son dos.

"Il fait chaud... remarqua-t-il en s'éventant de la main.
-Allons nous baigner! proposa-t-elle. Il y a un morceau de plage juste derrière ma terrasse, profitons-en il n'y a jamais personne."


"Laisse-moi me changer, et j'arrive!"

Elle le laissa seul dans la cuisine, et s'enferma dans sa chambre pour passer son maillot de bains. Odin sentit la chaleur lui monter encore plus à la tête en rependant au vêtement qu'elle allait mettre. La première fois qu'il l'avait vu, il s'était senti toute chose. Le vêtement avait du demander des heures de travail, il avait l'impression qu'il était composé uniquement de perles bleutées, assemblées les unes aux autres par un fil très solide.

Il secoua la tête pour reprendre ses esprits, mit sa tenue, et sortit le premier sur la plage. Il eut tout juste le temps de se rafraîchir un peu et de retrouver une certaine contenance, lorsqu'elle descendit à son tour en direction de l'océan.

"Elle est bonne? demanda-t-elle en le voyant à moitié dans l'eau.
-Parfaite! Ça fait du bien, je ne suis pas habitué à vivre sous une telle chaleur!
-Ça viendra! C'est une habitude de vie à prendre, mais une fois qu'on l'a... tout va bien."


Il hocha la tête. Il n'avait pas vécu sous un climat aussi équatorial, mais Azalée était née et avait grandi sous le soleil brûlant d'un village désertique, il devait donc avoir quelques gênes qui l'aideraient à vivre sous de telles températures...

Il fut tout à coup tiré de ses pensées lorsque Maëva lui jeta de l'eau au visage.

"Hé!
-Réveille-toi donc un peu! Je te parle!
-Excuse-moi, j'étais... plongé dans mes pensées.
-Tu m'as l'air d'être un sacré rêveur toi. J'ai la nette impression qu'à chaque fois qu'on se voit, tu te retrouves dans la lune. Ce que je dis ne t'intéresse pas?
-Bien sûr que si!"

Il la vit sourire d'un air malicieux. Avait-elle compris que c'était elle, qui n'arrêtait pas de le troubler...? Il ne pouvait pas nier le fait qu'elle le troublait, et c'était parfois difficile de savoir comment réagir à ses côtés.


Alors qu'ils se pourchassaient dans l'eau au cours d'une bataille d'eau endiablée, la jeune femme trébucha et tomba à genoux dans l'eau en poussant un cri.

"Est-ce que ça va?! s'exclama-t-il en accourant à ses côtés."

Elle grimaça et se frotta la cheville.

"J'ai dû me tordre la cheville à cause du sable... Il n'est pas aussi épais partout, et je suis tombée dans un trou.
-Veux-tu qu'on retourne chez toi pour voir?
-Ne te prive pas pour moi, tu peux encore te baigner. Je vais appliquer de la pommade, et je reviens."

La voyant boiter, il secoua la tête.

"Pas question. Grimpe sur mon dos, ça ira plus vite et ce sera plus confortable."

Elle sembla hésitante durant un instant, mais quand il s'abaissa devant elle, elle s'accrocha à son cou.


Quand il sentit son corps de femme tout contre le sien, un violent frisson parcourut le corps d'Odin. Dans un immense effort pour se reprendre, il se redressa et l'emmena jusqu'à sa terrasse. Elle était douce, et ne le serrait pas trop fort: juste assez pour ne pas tomber. Un parfum floral flottait dans les airs environs, et il se surprit à respirer un peu plus fort, juste  pour capturer assez de cette essence pour s'en souvenir lors des jours à venir.

Il avait l'impression de porter une déesse sur son dos, et il faisait bien attention à ne pas la ballotter dans tous les sens, peut-être risquait-il de la briser en mille morceaux s'il se déplaçait trop vite. Ou peut-être voulait-il profiter de ce contact un peu plus longtemps. Il avait l'impression que quelque chose s'était réveillé en lui, mais il ne savait pas quoi.

"Merci, c'était très gentil de ta part! Tu peux me poser ici, ça ira bien!"

A regrets, il la déposa sur une chaise longue. Tandis qu'elle s'appliqua une pommade violette, elle lui indiqua d'un signe de tête un objet rangé sous un buisson.


"Prends-le.
-Qu'est-ce que c'est?
-Un aéropropulseur. Essaie-le, je crois que ça devrait te plaire!"

Il lui jeta un regard curieux et amusé, avant de s'emparer de l'objet. Il trouva rapidement comment l'enfiler sur son dos, et après avoir examiné un moment les différents boutons, il décida d'appuyer sur le plus gros. Il se sentit tout à coup décoller du sol.

"Mais je... je vole! s'exclama-t-il.
-Mais oui, tu voles! entendit-il à quelques mètres en-dessous de lui."

Maëva semblait s'amuser de chacune de ses découvertes, et à chaque fois, lui, se sentait un peu plus proche de ce monde et de cette femme qui l'accueillait toujours avec plaisir.


Il fit plusieurs fois le tour de la petite plage qui s'étendait devant lui, sous les applaudissements de Maëva.

"Bravo, tu t'en sors vraiment bien pour une première fois!
-C'est vraiment magique!"

Au bout de quelques instants de bonheur aérien, il fit en sorte de revenir sur la terre ferme, de manière plus ou moins élégante pour ne pas perdre la face devant la jeune femme. Elle lui expliqua alors comme fonctionnait l'engin.

"Le principe est pratiquement le même que pour l'overboard. Simplement ici, il y a deux propulseurs à air qui sont beaucoup plus puissants, et qui permettent de décoller. J'espère que l'expérience t'a plue!
-Carrément! J'adorerai avoir quelque chose de ce genre... Où puis-je m'en acheter un?
-Je te le donne."


Il eut un mouvement de la tête involontaire, surprise par ce cadeau auquel il ne s'attendait pas.

"Mais... Tu es sûre? Et toi alors, tu ne pourras plus l'utiliser?
-Je n'ai jamais pu l'utiliser Odin. Tu apprendras à voler pour moi, veux-tu me faire ce plaisir?"

Elle posa la main sur son épaule, et il crut déceler une certaine tristesse dans son regard.

"Pourquoi donc ne l'as-tu jamais utilisé? Aurais-tu le vertige?
-Non, ce n'est pas pour cette raison-là. Quand... Quand j'étais plus jeune, j'avais pris quelques leçons de vol, mais cela ne s'est pas très bien déroulé. J'ai fait une chute, et depuis... je n'ai plus jamais osé voler à nouveau. Une peur stupide, sans doute.
-Tu te trompes, elle n'est pas si stupide que cela."

Il la sentit fragile à ce moment-là, comme si elle regrettait quelque chose.


"J'imagine que tu as déjà remarqué à quel point le ciel pouvait être beau ici la nuit? fit-elle pour détourner le sujet.
-Un petit peu, oui. Parfois les étoiles brillent très fort, et parfois, il y a des couleurs magnifiques qui s'allument...
-C'est grâce à la position de l'île dans l'océan. Elle est tellement particulière que parfois, le soleil et la lune et quelques autres astres se retrouvent dans le même axe, et frappe le ciel des environs de leur aura si puissante...
-Et donc, à quelle position exacte l'île se trouve-t-elle sur le globe?
-C'est un secret, répondit-elle l'air malicieux. En fait, je ne le sais pas moi-même. Mais c'est ce qu'on dit.
-Qui ça, on?"

Odin avait l'impression que l'île cachait bien des secrets, et qu'il serait difficile de les découvrir.


La jeune femme haussa les épaules dans un rire cristallin.

"Qui peut savoir? Ce n'est pas le plus important.
-Qu'est-ce qui est le plus important alors? J'ai du mal à croire que vous puissiez vivre... comme ça, sans même savoir qui vous gouverne.
-La sécurité, Odin. Nous sommes tous en sécurité ici, et nous sommes heureux. Nous avons, pour la plupart, une famille et des amis.
-Mais pas toi.
-Je m'entends très bien avec mes voisins. Je peux parler à mes parents presque chaque jour. Et cela me suffit, car je sais que je finirai par fonder ma propre famille un jour ou l'autre. Je n'ai pas à me soucier de savoir de quoi sera fait demain, je sais qu'il sera heureux."

Ils respirèrent encore un peu l'air frais de la nuit, avant de se relever.


Odin sentait la tête lui tourner: passer toute la journée en sa compagnie, à parler de tout et de rien, pour finalement rester assis là, tout près d'elle, lui donnait l'impression qu'il pourrait tout faire pour elle. Cette déesse aux cheveux clairs, elle qui accélérait les battements de son coeur.

Il se plaça derrière elle et la serra dans ses bras. Il la sentit sursauter, elle ne devait sans doute pas s'attendre à ce qu'il soit aussi entreprenant.

"Pardon, je t'ai fait peur?
-Non, pas vraiment."

Elle secoua la tête. Il ne savait pas ce à quoi elle pouvait bien penser, et finalement il lui était tout aussi difficile de démêler ses propres pensées. Il avait envie de la serrer plus fort, et même de l'embrasser.


Il pencha légèrement la tête, et tendit les lèvres vers la joue de la jeune femme. Cependant, elle tourna la tête à ce moment précis, et recula légèrement en posant la main sur sa bouche.

"Je suis désolée Odin..."

Il prit soudain conscience de son comportement, et se trouva bien stupide. Ils n'étaient pas du même monde, se connaissaient depuis quelques jours seulement, et lui, il voulait déjà l'embrasser! Mais comment savoir comment se comporter, quand c'était la première fois que l'on tombait amoureux?

Elle s'éloigna de quelques pas, et il relâcha son étreinte.

"Il vaut mieux rentrer chez nous à présent... Bonne nuit, Odin.
-Bonne nuit..."

Il la regarda rentrer chez elle, et resta seul sur le bord de la plage, déconcerté.

5 commentaires:

  1. J'aime pas cette île et je ne suis pas sûre du tout d'aimer cette femme.... Bizarre, bizarre.... Et inquiétant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, mais elle est chou Maëva!! *n*

      Supprimer
  2. C'est marrant, j'ai la même impression que Ptitemu, y'a un truc louche derrière tout ça, je sens...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. le tout c'est de savoir où est le truc louche! x)

      Supprimer
  3. Je suis d'accord avec ce qui a été dis plus haut, il y a un truc qui cloche, tout est trop parfait...
    Mais je trouve quand même qu'ils sont chous tous les deux :D

    RépondreSupprimer