6.4.14

Episode 2: Le naufrage

Lorsque Clémence rouvrit les yeux, l'environnement avait complètement changé.

"Mais qu'est-ce qu'il s'est passé... Oh ma tête..."

Le temps pour elle de se relever, et elle découvrit qu'elle se trouvait sur une plage apparemment abandonnée. Il ne s'agissait pas d'une des plages d'Isla Paradisio, le bateau n'avait donc pas fait demi-tour. Au lieu de la belle robe blanche qu'elle portait, elle avait maintenant ses habits de sport troués et salis par la boue et le sable.

"Où suis-je..."




"Ne me dites quand même pas que... Non..."

Affolée par cette idée, elle ne put s'empêcher de se mettre à courir dans la direction opposée. Elle ne pouvait pas être seule, où était le bateau? Les autres membres de l'équipage? Elle n'y comprenait absolument rien.

Arrivée à l'autre bout de la plage, elle ne put que se rendre à l'évidence: elle se trouvait sur une île totalement déserte.


"Dites-moi que je rêve... Je vais bientôt me réveiller c'est ça, et tout n'aura été qu'un simple cauchemar?"

La réalité est dure à accepter, mais elle se trouvait bien seule. Derrière elle, des arbres qui semblaient annoncer une sorte de forêt, cela semblait si dangereux qu'elle n'osait pas y entrer pour chercher des survivants.

"C'est pas ce qui était prévu... Mais je ne me souviens de rien, comment est-ce que j'ai pu me réveiller ici!! Je crois que je vais pleurer."


Ses yeux se détachèrent un peu de l'horizon, et elle l'aperçut: le cadavre du bateau, sur lequel elle était monté quelques heures auparavant.

"Oh merde... C'est pas possible! Ne me dites pas que... que les autres voyageurs sont... Non, je ne pense pas! Ils ont du s'échouer eux aussi..."

La seule solution pour en avoir le coeur net, c'était de s'enfoncer au coeur de l'île. Mais c'était aussi une chose impensable pour la jeune femme qui ne se souvenait toujours de rien.


"Bon, pas de panique... Si le bateau a eu un souci, le capitaine a certainement du prévenir les autorités... Ce qui veut dire qu'on ne devrait pas tarder à venir à mon secours. Oui, c'est ça."

Pour se conforter dans cette idée, Clémence se mit à tracer un large SOS dans le sable, pour que quiconque puisse l'apercevoir depuis le ciel. Si on venait la chercher en hélicoptère, c'était sans doute la meilleure solution.

"Voilà, je n'ai plus qu'à les attendre maintenant."


Rassurée par ce petit message appelant au secours, il a bien fallu s'occuper.

"Je ne peux pas me plaindre, après tout je suis là où j'ai toujours rêvé d'être... Enfin, sauf qu'il manque des gens. De totue façon, on va bientôt venir me chercher, j'en suis sûre... Ouin c'est ça..."

Adorant l'eau, Clémence décida qu'elle allait faire quelques brasses pour se détendre. Peut-être que l'eau allait lui permettre de retrouver la mémoire?

"Quand même, je ne me suis pas retrouvée ici toute seule..."


"L'eau est chaude en plus! On doit se trouver dans l'hémisphère sud. Le bateau devait passer par là je crois bien, d'après la brochure qu'on m'avait donnée."

Nul doute que l'on se trouve dans une des mers du sud, surtout quand on voit que l'eau est infestée de poissons peut amicaux...

"Un requin?! Oh non! Gentil le requin, je ne te veux pas de mal..."


Heureusement pour elle, il ne semblait pas avoir faim, ou alors, il ne l'a même pas vue.

"Je vais aller jeter un coup d’œil au bateau."

Pensant que d'autres pouvaient se trouver coincé à bord, elle se dirigea vers les restes du navire, mais n'y trouva rien de bien intéressant.

"On dirait qu'une tempête l'a poussé jusqu'ici, et qu'il s'est fracassé contre la côte. C'est étrange."


"Qu'est-ce que ça peut m'énerver de ne pas me souvenir!! J'étais dans ma chambre, et puis.. Ah oui, le bateau a commencé à se secouer dans tous les sens, et j'ai voulu aller voir ce qu'il se passait, et puis... Pfff, je ne sais pas..."

Quand la mémoire nous joue des tours, inutile de s'acharner à le faire revenir, car elle s'enfuit encore plus loin que ce que l'on peut imaginer. Il suffit d'essayer pour s'en convaincre immédiatement.


Malgré la baignade rafraîchissante, la température semble grimper d'heure en heure, et même en maillot de bain, il est impossible d'échapper aux rayons du soleil brûlant.

"Qu'est-ce que j'ai chaud... Pfff, il n'y a vraiment pas un coin d'ombre ici, c'est fou... Je vais mourir de chaud avant qu'on ne vienne me sauver je crois."

Il vaut donc mieux retourner près du message d'appel au secours, des arbres le bordent et apporteront certainement un peu de fraîcheur.


Bien décidée à ne pas se laisser aller, Clémence se mit à rassembler des pierres et du bois mort, pour créer un petit feu. Non pas qu'elle ait trop froid, mais si elle pouvait s'occuper l'esprit, alors tout allait bien! C'est lorsque l'on n'arrive plus à s'occuper que la tristesse et la panique commencent à se manifester.

"Voilà! C'est parfait! D'ailleurs, si j'arrive à l'allumer, je serai encore plus visible pour les secouristes. Ils en mettent du temps à venir... Mais après tout, ça ne doit même pas faire deux heures que je suis ici. Il faut le temps que l'appel au secours remonte, qu'ils trouvent notre position, et puis qu'ils se mettent en route..."


"Hé mais, j'ai déjà pris quelques couleurs! Le voilà le bronzage de mes rêves!"

Le bronzage n'est pas la seule manifestation de l'île apparemment: des grandes nuées de moustiques sont apparues près du petit campement de la jeune femme, et il semble qu'ils n'aient pas vu d'êtres vivants depuis un bout de temps.

"Hé! Va-t-en sale bête, tu ne te nourriras pas de mon sang!!"


"Toutes ces émotions, ça me fatigue moi... Je vais faire une petite sieste."

Ayant réussi à ramener quelques affaires qui avaient coulé avec le bateau, Clémence s'allonge sur la serviette de plage qu'elle avait soigneusement emportée avec elle.

"Elle s'était échouée sur l'îlot près du bateau, je ne pouvais pas la laisser là-bas, c'était maman qui me l'avait offerte."


Parmi les affaires rapportées avec elle, il y a aussi une paire de palmes et un tuba.

"Je me demande à qui ils appartenaient, je n'en avais pas dans ma valise... J'espère qu'on va vraiment venir me chercher bientôt, je commence à m'inquiéter moi..."

Voulant se changer les idées, elle décide d'aller observer le fond des océans.

"Je ne vois personne, c'est plutôt bon signe..."


Puis il fallut bien que la journée prenne fin. La température avait rapidement diminué, et le soleil se couchait petit à petit, jusqu'à atteindre la ligne d'horizon.

"Il va bientôt faire nuit... Oh non, et je n'ai nul part où dormir... Peut-être qu'on viendra me chercher demain...? Oui, demain..."

Malgré ces paroles, Clémence n'était pas rassurée du tout. Elle avait comme un mauvais pressentiment qui ne voulait plus la lâcher depuis qu'elle était arrivée ici.


"Rah, et ces sales bêtes qui ne veulent pas me lâcher!! Evidemment il n'y a pas de bombes anti-moustiques par ici! Je vais finir par ressembler à un monstre si ça continue..."

La tombée de la nuit est particulièrement propice aux nuées de moustiques, qui semblent particulièrement affamés sur cette île. Il ne reste plus qu'à trouver une plante qui puisse les tenir à distance.

"Je suis sensée pouvoir trouver ça moi?"


"Qu'est-ce que j'ai faim..."

L'estomac vide, Clémence commence à ressentir la faim qui se fait de plus en plus forte. N'ayant rien mangé depuis des heures, voire une journée entière (elle ne savait après tout pas depuis combien de temps elle se trouvait ici), il lui fallait quelque chose dans le ventre pour reprendre des forces.

"Je ne peux quand même pas aller chercher à manger alors qu'il fait nuit... Si ça se trouve, il y a des bêtes sauvages carnivores ici..."


Notre naufragée se  couchera donc le ventre vide ce soir, près du feu, espérant que ce dernier chasse les animaux sauvages qui pourraient croire à un nouveau repas fraîchement arrivé.

"Pourvu qu'on vienne me chercher demain... Cette journée m'a exténuée, ce n'est vraiment pas comme ça que ça devait se passer!! C'est pas avec les deux coquillages que j'ai trouvés que je vais pouvoir me faire un repas... Si faim... si fatiguée..."

Encore heureux qu'elle ait réussi à trouver un sac de couchage en bon état dans les décombres du bateau.


La nuit fut courte, impossible de faire la grasse matinée lorsque le soleil se lève entre quatre et cinq heures du matin.

"Pffff, j'ai mal au dos, ce n'est pas très confortable de dormir par terre... Bon au moins, je ne me suis pas fait attaquer, c'est déjà ça. La forêt me semble un peu moins hostile maintenant que le soleil se lève..."

Et c'est tant mieux, parce qu'il va bien falloir s'y enfoncer pour trouver de quoi se nourrir, à moins de vouloir mourir de faim.


"Une cascade! Elle est magnifique!"

Ce serait un très bon endroit pour se laver, s'il s'agit d'eau douce, parce que l'eau salée ne permet pas vraiment d'avoir la peau propre. En plus de tous les petits cristaux de sel, des bouts d'algues séchées viennent s'y mêler...

"C'est pas de chance, je crois que c'est de l'eau salée. Il me faudrait une source..."


"Je vais monter par là, il y a peut-être quelque chose à découvrir."

Il serait peut-être temps de ramasser des matériaux aussi, afin de se construire un petit abri pour se protéger des rayons du soleil. Ce dernier tape de plus en plus fort, il ne faudrait pas non plus mourir d'une combustion instantanée!

"Pas la peine, on va bientôt venir me chercher de toute façon... Ce serait des efforts en vain, il vaut mieux que je me repose et que je garder mes forces!"


"Là!! J'ai trouvé!"

Par on ne sait quel miracle, Clémence a réussi à trouver des plants de légumes mûrs et à point: il ne reste plus qu'à les cueillir.

"Je vais me faire une petite réserve... On ne sait jamais, des fois qu'un animal vienne tout dévorer, je n'aurai alors plus rien pour me nourrir moi-même!"


"Oh des champignons... J'espère qu'ils sont comestibles."

C'est là toute la question: ces victuailles sont-elles toutes comestibles? Tomber malade sur une île déserte, sans aucun médicament, voilà qui risque de compliquer ce séjour forcé. Mais Clémence ne semble pas vraiment s'en préoccuper, persuadée qu'on viendra la sauver avant la fin de la journée.


"Allez, je mange! J'ai trop faim moi, j'en peux plus! Je vais finir avec la peau sur les os si ça continue..."


Malgré sa conviction d'être bientôt sauvée, elle ne peut s'empêcher de planter quelques légumes.

"On ne sait jamais... Si je devais rester ici pour toujours, il faut bien que j'ai de quoi me nourrir... Mais on va venir de toute façon!"

Mieux vaut prévenir que guérir en effet. Mais si à l'heure qu'il est, les secours devraient déjà être arrivés, alors il ne vaut mieux pas trop espérer. Par contre, il faut prier pour que les bêtes sauvages ne viennent pas dévorer les plantations.


"J'ai trop faim, je vais manger ce petit raisin!"

Toujours affamée, Clémence vide petit à petit son stock de provisions. Le soleil et le ciel bleu semblent lui faire oublier ses soucis, et elle ne pense plus qu'à profiter de ce séjour.

"De toute façon... On ne va pas venir me chercher toute de suite hein? Ils ne doivent pas savoir où je me trouve... Je suis certainement la seule survivante ici..."

Le tout est de savoir pourquoi tu es la seule à avoir survécu.


"Je vais ma baigner, il fait vraiment trop chaud. J'ai déjà pris des couleurs, c'est fou! J'espère que je n'aurai pas de coups de soleil, je n'ai pas de crème solaire sur moi..."

La baignade, oui, mais il faut faire attention à ne pas retomber sur les requins qui semblent nager autour de l'île, comme pour la protéger des visiteurs inattendus...

"Je vais plonger, il doit y avoir des choses là-dessous!"


Ni une ni deux, Clémence enfile une combinaison de plongée, et s'enfonce dans les profondeurs de l'océan. Elle qui adore nager s'est trouvé un passe-temps tout à fait agréable. Les fonds marins sont magnifiques, les coraux de toutes les couleurs!

"J'ai juste pas confiance en ces algues qui sont énormes... J'ai pas intérêt à m'emmêler dedans."


"Un animal! Je vais l'attraper!"

On dirait un petit bernard-l'ermite. Je ne sais pas si c'est comestible, mais il faudra peut-être se mettre à la pêche pour manger autre chose que des légumes. Si on a le feu, ce ne sera pas difficile de faire cuire du poisson ou des fruits de mer. En attendant, il faut déjà réussir à l'attraper!


"Aaaah nooon.... J'ai trop envie de faire pipi là!!"

Pas de toilettes pour dames dans la nature, mais il faut bien se vider la vessie quelque part.

"La honte... J'espère que personne ne m'a vue, ma combinaison est... toute chaude maintenant..."


Les fonds marins recèlent de secrets à découvrir, notamment via ces grottes sous-marines qui ne demandent qu'à être explorées. Mais vu l'aura un peu maléfiques qu'elles dégagent, Clémence ne se sentira sûrement pas prête à les explorer avant un petit moment. Il ne manquerait plus qu'un monstre sous-marin vienne l'attraper et là dévorer!

"Il faut que je survivre... Oui! Et on viendra me sauver, peut-être!"


"Oh génial!! J'ai trouvé une source d'eau pure!"

Voilà une bonne nouvelle! Il était temps de se laver, l'odeur que dégageait Clémence commençait à être digne de n'importe quelle bête sauvage qui ne se préoccuperait pas de son hygiène. Même si après tout, personne n'est là pour vivre avec elle, donc il n'y a pas de vraies raisons pour avoir une hygiène stricte.

"Je ne veux pas tomber malade! Et puis toute cette saleté, c'est pas confortable du tout..."


"Mes petites plantes poussent, c'est bien... Je me demande quand est-ce que j'aurai de quoi me faire une première récolte."

Il est intéressant de voir que ces plantes poussent, malgré le sol aride et le soleil qui n'arrête pas de frapper de plus en plus fort.

"Je me demande s'il y a des saisons ici... Ne parlons pas de malheur. S'il devait neiger, il ne me resterait plus qu'à mourir je crois..."


La routine commence donc à s'installer dans la nouvelle vie de Clémence. Il faut entretenir le petit jardin pour ne pas mourir de faim, pêcher et ramasser des coquillages... Mais quand viendra-t-on la chercher? Au fond d'elle, Clémence sait qu'il est vain d'espérer. Malgré ses trous de mémoire, elle sait qu'il a du se passer quelque chose à bord du bateau, quelque chose qui expliquerait pourquoi elle se trouve ici... Devrait-elle travailler à recouvrer la mémoire, ou bien n'est-il pas mieux d'avoir tout oublié?

14 commentaires:

  1. sarahlageek6/4/14

    Génial ce chapitre!! :D
    C'est bien que Clémence ait trouvé ses petites habitudes et qu'il n'y a pas de bêtes carnivores! x)
    Ce serai bizarre que son bateau aurait été pris dans une tempête, vu que le mer parait super calme... je me demande ce qu'il s'est passé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. héhé, pas de bêtes, pour le moment...!

      la mer est calme maintenant, mais qui sait s'il y a une tempête ^^

      Supprimer
  2. Cette île est magnifiiiiiique ! *___*
    Pauvre Clem...
    Ce challenge promet d'enfeeeeer ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle va vivre l'enfer mwahaha!!

      Supprimer
  3. Super chapitre ! Elle n'est pas très angoissée, Clémence, à sa place je paniquerais ! Ne se souvenir de rien et se retrouver seule au monde...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle croit qu'on va venir la chercher, et puis, trop flemmarde pour s'en faire!

      Supprimer
  4. C'est vrai qu'elle ne panique pas vraiment, mais tant mieux !
    et heureusement qu'elle n'a pas de coup de soleil ça ferai mal sinon ^^ !

    super suite :) j'ai hate de voir comment elle va évoluer...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. elle est chanceuse j'avoue, pas de coups de soleil pour le moment!

      Supprimer
  5. J'espère qu'elle aime les toasts. ^^
    Le premier jour su l'île est déjà, elle se fait pipi dessus. lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. bah... faut bien se soulager XD

      Supprimer
  6. angelapink22/6/14

    C'est bien elle met en place petit à petit son train de vie . J'ai du mal à lire parfois . Je vois que tu écris en tant que narrateur mais un moment tu ecris aussi en tant que personne car j'ai l'impression qu'elle te répond.



    """"Il serait peut-être temps de ramasser des matériaux aussi, afin de se construire un petit abri pour se protéger des rayons du soleil. Ce dernier tape de plus en plus fort, il ne faudrait pas non plus mourir d'une combustion instantanée!

    "Pas la peine, on va bientôt venir me chercher de toute façon... Ce serait des efforts en vain, il vaut mieux que je me repose et que je garder mes forces!" """

    Par exemple dans ce passage là on dirait qu'elle te répond , alors est ce que tu intervient dans l'histoire comme une petite voix , une conscience ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. non je n'interviens pas dans l'histoire, mais parfois ce que j'écris peuvent s'apparenter aux pensées de Clémence!

      Supprimer
  7. Franchement c'est génial ton histoire ! J'ai toujours aimé les défis de ce genre dans les sims 3, alors c'est agréable à lire ^^

    Je cours voir la suite !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh merci beaucoup c'est très gentil!
      Bonne lecture!

      Supprimer